TransparenceS imagine ses propres spectacles et a collaboré avec d’autres Compagnies.

Créations de TransparenceS.

– Benjamin Franklin à Paris : musicien et homme de sciences.

Du glass harmonica qu’il inventa en 1761, Benjamin Franklin disait « sans doute l’invention dont je suis le plus fier ». On pourrait s’étonner de l’attachement du grand homme à cet instrument, au regard de tout ce qu’il apporta au monde ? Ce serait méconnaître que Benjamin Franklin et le glass harmonica accompagnèrent de très près l’Europe et les colonies d’Amérique inventant un nouveau monde à l’orée du siècle des Lumières.

 
Jean Claude Chapuis re-découvreur du glass harmonica et historien des sciences, et son Ensemble, textes à l’appui, ont choisi de confirmer combien « celui qui a volé aux dieux le tonnerre et aux rois le « sceptre » pouvait s’enorgueillir d’avoir inventé l’Armonica.

 
Un conteur accompagné par le glass harmonica, le séraphin – jeu de verres musicaux -, un clavecin, une harpe, et une chanteuse-flûtiste et de projections, proposent un portrait de Benjamin Franklin musicien et homme de science, et de sa vie à Paris.

 .
La situation privilégiée de Franklin au cœur des débats de l’époque devient prétexte à visiter l’esprit de l’Encyclopédie, les salons féminins et philosophiques, la sensibilité galante et rococo, les affres de la passion romantique naissante, le vivier intellectuel des loges maçonniques… On croise scientifiques, penseurs, littérateurs et artistes : J. J Rousseau, Voltaire, J. W van Goethe, Cl. N Ledoux; F. A Mesmer, Robespierre, les frères Montgolfier, G. F. Haendel, C. W Gluck, W. A Mozart, L. van Beethoven, la musique écossaise…


Fidèle à la grande curiosité et à l’humour de Benjamin Franklin, ce spectacle possède à la fois le sérieux du propos didactique pour comprendre l’époque et la légèreté d’un divertissement. Anecdotes, textes, échanges épistolaires se relaient avec la musique, aussi divers que l’était l’époque, tandis que des images illustrent le propos, comme la lanterne magique du XVIII éme et les « Fantasmagories » de Robertson.

– Autour du Vin.

– Attention « Fragile » !

– Concerts/lectures autour de l’histoire des sciences, l’esprit des Lumières et le romantisme.
Exploitation des jeux d’ombres et des lanternes magiques.
Des spectacles pour tous publics, et spectacles plus orientés en direction du jeune public.

Collaboration avec d’autres Compagnies.

L’Orchestre en verre et son équipe collaborent aussi à la création et la réalisation d’autres spectacles vivants (théâtre, danse, marionnettes…) Mais aussi à des défilés de mode et avec des créateurs des arts plastiques et de l’image.
Les compositions originales, la rareté et la beauté des timbres du verre et du cristal, l’architecture des instruments, le mariage inédit du son et de la lumière offrant un fort potentiel pour la création artistique et l’invention de climats.  Collaboration avec :

– J. Marie Lejude :  » Mêmes idiots tricotent à merveille  » ;  » je suis trop de personne  » sur des textes de J.Tardieu. « Dernières nouvelles des oubliés » de Didier DUPRAT.
– R. Sciora : « Casanova Requiem  » ; « De Gaulle, portrait d’un révolté  » ; « J’avais milles compagnons »
– J. Luc. Pailhes :  » Le cerveau  » ;  » le lecteur à gage  » ;  » Vienne 1913  » 2006;
– M. Mane. :  » La cantate des caves  » 2007
– J. Cl. Broche :  » L’Alchimiste « .

– Mathilde Reichler. Le devin (loin) du village. 2012.

– Philippe Adrien. « Protée » ; 2013.

Quelques – une de nos collaborations pour  le cinéma :

– A. Joffé :  » Urgence « 
– Pierre Adenot « Les aveux de l’innocent ». 1996.
– Br. Röuan : « Post coïtum, animal triste ». 1997.

– G. Combes :  » Lyon carrefour de maçonnerie « . 2003 .

– Erik Bullot. « Le singe des Lumières ». 2002 .

– Valérie Vincent. « Le Cèdre et l’Acier ».2017.